English version

 

Quand Claude Langevin m’a expliqué le chemin de sa maison, je n’ai pu m’empêcher de penser aux paroles de Reggiani: «Vous continuez tout droit/Jusqu'à un fleuve blond/ Qui s'appelle la Loire/ Les yeux couleur de sable/Vous le prenez à gauche/ Et puis à droite, et puis tout droit/ Et quand vous êtes là/ Quand vous êtes là/ Demandez la maison/ Tout l'monde nous connaît/ Vous n'pouvez pas vous tromper.»

 

La rivière ne porte pas le même nom, elle s’appelle Noire comme le lac. J’ai donc rencontré un homme qui veut, comme le chanteur, exprimer par ses œuvres la même poésie et proclamer la même affection pour son coin de pays et pour les gens qui l’habitent.

 

On le sent, entre Claude Langevin et Saint-Jean-de-Matha, s’est nouée depuis longtemps une indéfectible liaison. Pourtant l’artiste a parcouru de vastes portions de cette planète à la recherche de lieux à peindre, il a vécu ailleurs aussi, mais ses itinéraires l’ont toujours ramené vers cette terre.

 

En amant de la nature, ce retour aux sources l’inspire. Il explore les moindres recoins de la région son carnet de croquis dans la poche. À l’exemple de Tom Thomson ou de Clarence Gagnon qu’il admire, il aime travailler à l’extérieur reproduisant en toute spontanéité des scènes de la nature et du terroir.

 

Mais, pour cet artiste au sommet de sa carrière, avant d’atteindre la tranquille sérénité d’aujourd’hui, la route n’a pas toujours été facile. Cependant la ténacité, l’effort et la volonté de réussir viendront à bout de bien des embûches.

 

D’abord l’époque joue contre lui. Né en 1942, il est d’une génération où devenir peintre n’est pas bien vu, surtout dans la famille d’un médecin. N’étant pas du genre à se défiler, il va jusqu’à entreprendre ses études en médecine. Il relate qu’il met parfois ses talents à profit en traçant pour ses compagnons leurs dessins pour les travaux de biologie. Mais il n’est guère heureux. Il abandonne ses études et travaille pour un cousin qui réalise des toiles bon marché vendues chez les marchands de meubles comme éléments de décoration. C’est une dure école dont il a su retenir des leçons: par exemple, cette rapidité d’exécution qui lui sert encore aujourd’hui quand, dehors par temps froid, il lui faut saisir dans une ébauche les éléments essentiels d’un paysage.

 

Au cours des années 70, il commence à peindre ses propres œuvres. Il n’est donc pas rare que ses journées s’étalent sur 16 ou 18 heures: travail le jour, création le soir. Comme il se qualifie de travailleur et de bûcheur, ceci ne le rebute pas; il ouvre même des galeries d’art dans les centres d’achats.

 

Il se rend vite compte qu’il ne peut faire du commerce et peindre en même temps. Il vend les galeries à son ami, le regretté Denis Beauchamp. Ce dernier fondera ensuite Multi Art, agence à laquelle Claude Langevin sera parmi les premiers à confier la vente de ses toiles.

 

Ses expériences l’ayant amené à utiliser plusieurs techniques, il est cependant depuis longtemps revenu aux couleurs à l’huile appliquées au pinceau. Il se consacre aussi essentiellement aux paysages car il craint que ne pouvoir rendre aussi bien ce qu’il souhaite en abordant des sujets différents. «On ne peut être bon dans tout, dit-il.»

 

Évidemment je mets en doute ses paroles et je suis sûr qu’il ferait tout aussi bien dans le portrait ou dans la nature morte; mais ce que je devine, c’est que Claude Langevin est quelqu’un qui se voit difficilement enfermé dans un atelier à peindre des natures mortes. Il lui faut de l’air, de l’espace. Aussi, je ne suis pas surpris de l’entendre dire: «Il faut aller peindre dehors. La nature ne trompe pas. Rien ne jure dans la nature, peu importe la saison. Couleurs, teintes, nuances, toute la palette y passe. Peindre sur place, c’est la façon la plus fidèle de rendre compte de la beauté qui nous entoure.»

 

Claude Langevin est un artiste en pleine possession de ses moyens, sûr de lui, heureux de la voie qu’il a suivie. Son expérience lui permet de dire: «Avec le temps, on apprend à interpréter ce qu’on voit, à l’épurer pour ne conserver que ce qu’on aime tant dans la structure que dans les couleurs. On apprend à profiter de ce moment magique qui nous dit que tout est réuni pour faire une bonne toile. Attendre ou revenir plus tard ne donnera pas le même résultat.»

 

Vous ne manquerez pas de percevoir dans les toiles de Claude Langevin une part de cette quiétude que lui apportent la proximité de l’eau, la présence de ses chats et surtout la fidélité soutenue de ses vieux amis retrouvés dans son cher village.

 Michel Beauchamp, octobre 2004


Cliquez sur les miniatures pour visiter la galerie virtuelle

 


 

Cliquez sur le nom des galeries pour les visiter en ligne (si disponible)

EST DU CANADA    
     
Le Balcon d'Art St-Lambert Québec
Galerie Charles Alexandre Montréal Québec
Galerie d'art Iris Baie-St-Paul Québec
Galerie d'art Michel Bigué St-Sauveur Québec
La Pinsonnière La Malbaie Québec
Chase Art Gallery Beaconsfield Québec
     
The Koyman Galleries Ottawa Ontario
River Coyote Gallery Mississauga Ontario
Brights Gallery Collingwood Ontario

Gallery Rufus

Oakville

Ontario

Canadian Heritage Company Kleinburg Ontario

Westmount Gallery

Etobicoke

Ontario

     
     
OUEST DU CANADA    
     

Pacific Gallery

Saskatoon

Saskatchewan

Masters Gallery Calgary Alberta
West End Gallery Victoria BC
Hampton Gallery Kamloops BC

 


accueilartistesbabillard  ●  partenaires

contactez-nous


visitez

Lithographies, cartes, affiches et plus encore...

© 2003 Multi Art ltée. tous droits réservés